Sélectionner une page

Quiet Leadership – Carlo Ancelotti

Aujourd’hui, je vais partager avec toi ce que j’ai appris du livre  Quiet Leadership – Carlo Ancelotti.

Carlo Ancelotti a tout d’abord connu un grand succès en tant que joueur avec l’AS Rome comme milieu de terrain. Il est ensuite allé a l’AC Milan. Il a alors commencé à jouer avec l’Equipe d’Italie, il a participé à l’Euro en 88 et à la coupe du monde en 90.

Durant sa carrière, il a entrainé, Parme, Juventus, Milan AC avec qui il gagne deux fois la champions’ League, en 2003 et 2007. Il devient le 6ème joueur au monde à gagner la Champions League en tant que joueur et entraineur. Il a entrainé Chelsea, le PSG, le Real et le Bayern de Munich.

Voici seulement quelques uns de ses titres. La liste serait trop longue sinon…

  • Trois fois vainqueur de la Ligue des champions, en 2003, 2007 (AC Milan) et 2014 (Real Madrid).
  • Deux fois vainqueur de la Coupe du monde des clubs, en 2007 (AC Milan) et 2014 (Real Madrid).
  • Trois fois vainqueur de la Super Coupe d’Europe, en 2003, 2007 (AC Milan) et 2014 (Real Madrid).
  • Champion d’Italie en 2004 (AC Milan).
  • Champion d’Angleterre en 2010 (Chelsea).
  • Champion de France en 2013 (Paris-SG).

Maintenant qu’on a fini les présentations, on est clair que ce monsieur a quelque chose à nous apprendre sur le leadership et la réussite.

Voici 5 leçons que j’ai apprises de son livre Quiet Leadership

1- Sois toi-même

Carlo raconte que plusieurs fois durant sa carrière des personnes l’ont poussé à changer parce qu’elles trouvaient que son style de coaching était trop soft. Carlo est plutôt réservé et ne parle pas beaucoup. Mais quand il parle, c’est pour dire quelque chose qui en vaut la peine. Plusieurs dirigeants de club lui ont reproché d’être trop gentil, trop calme. Ils avaient peurs que les joueurs ne le respectent pas à cause de son caractère. Sauf que justement, cette caractéristique que les dirigeants lui reprochaient était sa plus grande force. Avec son calme, il arrivait à apaiser les tensions, à gagner la confiance des joueurs et surtout à laisser leurs places aux joueurs.

Carlo Ancelotti a prouvé qu’il n’y a pas un seul type de management. Que ce soit dans le business ou dans le sport, chaque type de leadership a sa place. L’essentiel est de rester soi-même et ne pas essayer de jouer un rôle.

Cette authenticité lui a permis de gagner la confiance des joueurs dans tous les clubs ou il a pu entrainer. D’ailleurs dans le livre, après chaque chapitre, il y a des témoignages de joueurs qui ont connu Carlo Ancelotti. Ronaldo, Zlatan, Beckham entre autres ont témoigné de leur expérience avec Carlo.

Clairement, en restant lui-même, en refusant de jouer un rôle que les dirigeants lui demander de jouer, il a créé son propre style. C’est vrai qu’on essaye souvent de jouer un rôle pour se faire accepter. On essaye de rentrer dans le moule. Je suis coupable de ça aussi. J’essaye de plus en plus juste d’être moi-même et je suis conscient que ce n’est pas évident tous les jours. La vie est trop courte pour la passer à jouer un rôle ou avoir un masque.

2- Savoir s’entourer

Que ce soit dans une équipe de foot ou dans une entreprise. Personne n’a jamais réussi à réaliser un grand succès tout seul d’où l’importance de l’entourage. Dans son livre, Carlo Ancelotti insiste beaucoup sur l’importance du staff, autant que l’importance des joueurs. Bien sûr, ce sont les joueurs qui font le spectacle, mais le staff, les entraineurs, les nutritionnistes, les analystes techniques jouent aussi un grand rôle dans les victoires. Sans eux, le foot n’aurait pas le niveau qu’il a aujourd’hui.

On peut très facilement voir le parallèle avec le monde des entreprises. Un CEO avec la meilleure vision et la meilleure stratégie du monde, ne fera rien seul. Il a besoin d’un ou plusieurs investisseurs, ce qui est équivalent a un dirigeant de club. Il a besoin de leaders dans son entreprise à qui il pourra déléguer des taches de gestions. Il a besoin d’employés qui sont les joueurs.

Le livre se lit facilement et on arrive très bien à faire le lien entre le monde du sport et le monde du business même si ce n’est pas spécifié explicitement dans le livre.

3- Rester flexible

Une des qualités des grands leaders c’est la flexibilité. Carlo donne plusieurs exemples où il a su être flexible et d’autres ou il n’a pas fait preuve de flexibilité et ce que ça lui a couté.

Il explique que quand tu gères des joueurs, tu gères tout d’abord des êtres humains. Pour ça, il faut savoir quand être sérieux et quand lâcher un peu de lest, quand il faut être ferme et quand rigoler avec les joueurs. Ils conseillent tout de même d’avoir des relations amicales avec les joueurs mais de garder un peu de distance. C’est un équilibre assez délicat à avoir et c’est justement cette qualité qui différencie les grands leaders des autres.

Il parle aussi des différentes contraintes liées aux postes de coach. Il faut en même temps faire plaisir aux dirigeants qui ont leurs exigences et aussi aux joueurs qui ont les leurs. Parfois ils n’ont pas les mêmes objectifs, ni les mêmes envies. Il faut faire preuve de beaucoup de flexibilité et d’adaptation pour garder tout le monde contents.

4- L’échec fait partie de la réussite

Je ne vais pas lister toutes les fois où il s’est faire virer d’un club. Il a très tôt compris que la durée de vie d’un coach dans un club était assez courte au finale. Se faire virer fait partie du Game.

Il parle du concept de « leadership arc ». Ce qui nous explique par là, c’est que quand tu es leader, tu as une phase d’ascension pour monter jusqu’au sommet. Il est plus facile d’arriver au sommet que de rester au sommet.  Les 8 ans qu’il a passés en tant qu’entraineur à l’AC Milan sont une exception dans le milieu du foot.

Il raconte que parfois, même quand tu as des résultats positifs, tu peux te faire dégager…

Je trouve que c’est une bonne leçon de vie, parce qu’on a tendance à ressentir de la frustration quand on n’arrive pas à avoir les résultats qu’on veut. L’exemple de Carlo nous montre clairement que l’échec fait partie du succès. Si tu veux réussir, tu dois faire face à beaucoup d’échecs et de rejets. Et c’est justement ça qui t’emmenera vers le sommet.

5- Prends de meilleures décisions

Que ce soit les joueurs sur le terrain ou le coach à cote de la ligne de touche, ou encore toi ou moi dans notre quotidien, nos décisions déterminent la qualité de nos résultats.

Si tu apprends à prendre de meilleures décisions, tu peux littéralement transformer ta vie. Réfléchis à ça deux secondes, qu’est ce qui fait la différence entre les Bill Gates et Warren Buffet et la majorité des gens ? On a tous 24h par jours. Il est clair qu’ils prennent de meilleures décisions que monsieur tout le monde. C’est quoi la différence entre un Zlatan et un jouer en national, la qualité de ses décisions et aussi à la rapidité à laquelle il les prend.

Maintenant comment peux-tu faire pour prendre de meilleures décisions ? C’est facile, tu dois avoir de l’expérience. Et pour avoir de l’expérience, tu dois apprendre des leçons.

J’espère que tu as bien aime cette vidéo. Dis-moi si tu veux que je résume un autre livre. Mets un petit pouce bleu. 

N’hésitez pas à laisser un commentaire en dessous ou à me poser des questions. Je suis curieux de savoir ce que vous pensez.

Si vous avez aimé cet article, abonnez-vous pour recevoir les derniers articles et vidéos : 

 

 

Recevez grauitement votre ebook maintenant et plein d'autres informations.

Je hais les spams : votre adresse email ne sera jamais cédée ni revendue. Vous pouvez vous désabonner à tout instant. 

Bravo! Vous allez recevoir un email pour confirmer votre adresse dans quelques minutes.