Sélectionner une page

Et si on regardait la réalité en face ?

Clique ici pour regarder la vidéo: https://youtu.be/Pz9zlHE7Oi0

Aujourd’hui j’aimerais qu’on aborde un sujet qui pose problème à beaucoup de personnes. C’est quelque chose dont je souffrais avant aussi… c’est se voiler la face, c’est d’éviter de regarder la réalité en face.

C’est vrai, beaucoup de personnes préfèrent éviter de regarder la réalité en face. Ils préfèrent trouver plein d’excuses pour justifier leur situation. Certains ne veulent simplement pas affronter la réalité par peur. Ils ne sont pas confortables là où ils sont mais ont peur de changer.

On trouve plein de moyens pour ne pas se poser et regarder la réalité en face. On trouve plein de moyens pour faire taire cette voix qu’on a dans la tête qui nous dit qu’on est capable de plus, qui nous dit qu’on a un comportement destructif ou qui nous dit qu’on n’est pas condamné à vivre une vie misérable.

Je me rappelle, il y a quelques années, je faisais tout pour ne pas me poser et réfléchir. J’occupais tout mon temps et mes pensées par la voix de la radio, celle de la télé ou avec de la musique. Dès le réveil, j’allumais la télé. Ensuite, je montais dans ma voiture, je mettais la radio. Et en arrivant au travail, je mettais mon casque pour écouter de la musique.

J’ai réalisé plus tard que je faisais tout pour ne pas me retrouver avec moi-même, pour ne pas me poser les questions me faisaient peur comme : où est-ce que tu en es dans ta vie ? qu’est-ce que tu cherches à accomplir ? quelles sont les excuses que tu te racontes ?

Blaise Pascal disait que “Tout le malheur des hommes vient d’une seule chose, qui est de ne pas savoir demeurer en repos dans une chambre”.

On cherche des occupations tout le temps et partout pour échapper à la réalité. On cherche à se divertir, la télé, les réseaux sociaux, le foot, les magasins, etc. On mène une vie chargée, une vie occupée pour ne pas se poser et réfléchir, pour ne pas prendre le temps et regarder la réalité en face, pour ne pas dire :

Stop, où est-ce que j’en suis ?

Quelles sont les difficultés que je rencontre en ce moment ?

Quelles sont les excuses que je me raconte pour ne pas oser certaines choses ?

Quand je me suis arrêté pour la première fois. Quand je me suis posé sans rien faire, sans télé, sans radio, sans personne autour, seul assis sur un canapé, je me rappelle encore. Ça m’a fait bizarre. Je me suis rendu compte que j’étais toujours en train de trouver des occupations pour ne pas me poser et réfléchir. J’ai commencé à prendre conscience des disques qui tournaient dans ma tête.

Qu’on le réalise ou non, il y a toujours les mêmes disques qui tournent dans notre tête, les mêmes croyances, les mêmes pensées qui reviennent encore et encore. Si on prête attention à ce qui se passe dans notre tête, on réalise que c’est un vrai disque rayé. Ce sont les mêmes pensées qui tournent en boucle. Pour la plupart, ce sont des pensées limitantes, qui nous expliquent pourquoi on ne peut pas faire certaines choses et pourquoi on n’est pas capable d’oser certaines choses.

Le but de ces pensées est de nous garder là où on est.

J’aimerais partager avec vous une histoire qui m’a beaucoup inspirée. Vous le savez peut-être ou vous ne le savez pas, mais je suis un grand fan des tours de magie. J’aime bien regarder des spectacles de magie, regarder des vidéos de magie, comprendre comment les tours sont fait, etc. J’ai découvert un magicien récemment avec une histoire fascinante.

C’est Richard Turner. Il a perdu la vue à l’âge de neuf ans à cause d’une maladie.

Mais ça ne l’a pas empêché de faire de sa vie une série d’accomplissements.

 

Il découvre le Karaté très jeune. Son frère l’a invité à essayer une fois et il est tombé amoureux de ce sport.

 

Aujourd’hui, il est ceinture noire et n’a jamais raté un entrainement depuis plus de 40 ans. Vous devez vous demander : mais comment un non-voyant peut être ceinture noire ?

 

C’est vrai, l’un des tests pour devenir ceinture noire au karaté c’est de combattre contre plusieurs opposants. Quand Richard Tuner a été interrogé sur la question, il a expliqué qu’il ne se considérait pas comme un non-voyant, car il voit des choses que les autres n’arrivent pas à voir.

En écoutant cet interview. Je me suis dit : quelles sont les excuses que je me raconte pour ne pas faire certaines choses ?

Il est non-voyant et il est devenu ceinture noire de karaté. Quelles sont les excuses que je me raconte ? quelles sont les choses que je ne regarde pas en face ? quels sont les domaines où je me voile la face ? 

D’ailleurs, peu importe notre niveau de réussite, il y a toujours des choses qu’on ne veut pas regarder en face. Ce sont ces choses qui peuvent faire une plus grande différence dans notre vie.

Pour revenir à Richard Turner, il est aujourd’hui parmi les meilleurs magiciens au monde. Pourtant, durant la grande majorité de sa carrière de magicien, il n’a pas beaucoup parlé de son handicap. Il a fait des spectacles devant des centaines de milliers de personnes sans jamais mentionner qu’il ne voyait pas les cartes devant lui et encore moins ni les spectateurs.

 

Pourtant, aujourd’hui, il est considéré comme l’un des meilleurs magiciens spécialisés dans la manipulation des cartes.

 

Il a dit une phrase qui m’a beaucoup marqué et fait rire en même temps : « Le vrai handicap c’est la procrastination et la fainéantise ». Cette phrase est tellement vraie.

 

Maintenant, c’est quoi la solution ? Comment on peut faire pour regarder la réalité en face ? comment on peut faire pour arrêter de se raconter des bobards ?

 

La première chose c’est qu’il faut être conscient qu’on a du mal à voir et identifier nos propres excuses. C’est comme notre nez, il est au milieu de notre visage mais on le voit pas, les autres le voit mais pas nous d’où l’importance d’avoir un coach, un mentor ou une personne de confiance qui peut nous faire un retour honnête sur notre comportement. Quelqu’un avec qui on échange régulièrement pour exposer nos difficultés. Quelqu’un qui peut nous aider à prendre du recul par rapport à notre situation.

Ce n’est pas forcément quelqu’un qu’on paie. Ça peut être un parent, un ami, un voisin. Quelqu’un qui a un peu d’expérience et surtout un peu de sagesse.

L’autre technique qui m’aide beaucoup c’est de faire le point régulièrement.

N’attendez pas la fin de l’année pour revoir vos plans ou faire le point. Faites le point régulièrement. Si vous ne voulez pas que les années se suivent et se ressemblent. Il faut arriver à faire le point régulièrement pour rectifier le tir en permanence. N’attendez pas la fin de l’année pour faire le point. En fin d’année il est trop tard pour rectifier le tir. Les dés sont jetés.
C’est pour cette raison que je vous recommande de revoir vos objectifs et votre progression régulièrement. Une fois par mois, c’est le minimum. L’idéal est de faire le point une fois par semaine. 
Voici 3 questions pour structurer vos pensées :

  • Qu’est-ce que vous avez bien fait ?
  • Qu’est-ce que vous pouvez améliorer ?
  • Qu’est-ce que vous devez arrêter ?

C’est ce genre d’état d’esprit qui vous permet de reprendre le contrôle et d’arrêter les excuses. La réalité, vous ne la fuyez pas, vous la regardez en face.

Si vous avez apprécié cet article, partagez-la avec un ami.

Recevez grauitement votre ebook maintenant et plein d'autres informations.

Je hais les spams : votre adresse email ne sera jamais cédée ni revendue. Vous pouvez vous désabonner à tout instant. 

Bravo! Vous allez recevoir un email pour confirmer votre adresse dans quelques minutes.

Share This