Sélectionner une page

Comme par magie – Libérez votre créativité – Elizabeth Gilbert – Résumé de livre

Bonjour, aujourd’hui on va voir ensemble comment libérer votre créativité selon Elizabeth Gilbert dans son livre Big Magic (« Comme par magie » dans la version française).

🔥 Retrouve Big Magic sur Amazon (Anglais) :  https://amzn.to/2XWDxJe (lien affilié)

🔥 Comme par magie (français) : https://amzn.to/37otwrr

Elizabeth Gilbert est plus connue pour son livre « eat, love, pray » qui s’est venu à plus de 10 millions d’exemplaires. Il a même été adapté au cinéma avec Julia Roberts qui joue le rôle principal. C’est l’histoire de sa quête spirituelle entre l’Italie, l’Inde et Bali. Elizabeth Gilbert a gagné plusieurs récompenses pour ses livres de non-fiction.

Alors, parlons du livre qui nous intéresse aujourd’hui qui est Big Magic (Comme par magie). Je t’avoue que j’ai vu ce livre plusieurs fois dans des librairies mais il ne m’a jamais attiré. Je ne sais pas si c’est la couverture mais je me disais que ça va être encore un livre sur la créativité où l’auteur va nous parler de lui ou elle en l’occurrence dans ce cas, sans rien dévoiler de concrets. J’ai eu tort. J’ai jugé ce livre en me basant sur sa couverture et j’ai eu tort de le faire.

Elizabeth Gilbert commence son livre par répondre à une question qui nous met tout de suite dans le bain. À la question : qu’est-ce que la créativité ? l’auteur répond que c’est la relation entre les humains et les mystères de l’inspiration. Certains diront que c’est du fluff, c’est du vent. Pourtant cette définition me parle.

Je trouve que la créativité c’est exactement ça. C’est quelque chose de mystérieux, mystique, qui vient du divin pour certain et qu’on a du mal à définir. On a du mal à savoir quand est-ce qu’on va être touché par cette inspiration. On peut se mettre en position pour la recevoir mais on ne peut pas la forcer ou la provoquer. Tout ce qu’on peut faire c’est nourrir cette relation qu’on a avec cette force mystérieuse qui est l’inspiration.

Dans son livre, elle parle de beaucoup de choses, notamment le courage de créer, la persistance, la confiance en soi, le permission et bien sûr la peur. Ce que je vais faire ici, c’est de partager avec toi les 5 leçons qui m’ont le plus marqué dans ce livre.

1. Le courage

La première chose que j’aimerais partager avec toi c’est le courage. Est-ce que tu as le courage d’exprimer ta créativité ? est-ce que tu as assez de courage pour libérer les trésors cachés en toi ?

Elizabeth Gilbert croit qu’il y a des trésors cachés dans chacun d’entre nous. Que tu le veuilles ou on, que tu l’acceptes ou non, aujourd’hui, il y a un livre, une chanson, un dessin, une entreprise, un projet qui sommeille en toi. Je la rejoins aussi dans cette croyance. Je crois aussi que dans chacun de nous, il y a des rêves et des projets qui sont venus à nous et nous seuls pouvons leur donner vie.

Peu importe ton niveau d’ambition ou ce que tu considères comme une vie créative. Il y a quelque chose en toi qui n’attend qu’une chose c’est d’être exprimer et libérer. J’aime bien l’image qu’elle donne en disant que la vie cache à l’intérieur de nous des bijoux et attend de voir si on va réussir à les trouver.

La quête pour trouver ces bijoux c’est justement ça la vie créative dont elle parle dans son livre et qu’elle conseille à chacun de nous de mener. Ce qu’on finit par trouver c’est ce qu’elle appelle BIG MAGIC. Ici on ne parle par forcément d’une vie dédiée exclusivement à l’écriture, la peinture ou la sculpture. Une vie créative peut prendre toutes les formes. Elle peut être exprimée à travers un sport, à travers l’entreprenariat, à travers la cuisine.

Peu importe ce que tu choisis, fais-le pour l’amour de la création. J’aime bien l’histoire qu’elle raconte pour illustrer ce point. Une de ses amies qui a repris la patinage artistique quand elle avait 40 ans. Elle faisait déjà du patinage artistique quand elle était adolescente. Mais on lui a dit à cette époque qu’elle n’avait pas assez de talent pour continuer les compétitions et donc elle a arrêté. Elle a abandonné son rêve pour mener une vie « normal » comme la plupart des gens.

Et puis, plusieurs années plus tard, elle s’est demandée : quand est-ce que c’était la dernière fois où je me suis sentie vivante ? quand est-ce que c’était la dernière fois où j’ai ressenti de la joie ?

Elle a réalisé que ça faisait plusieurs décennies qu’elle n’avait pas ressentie ces émotions. Et c’est ce qui l’a poussée à reprendre le patinage artistique. Elle ne l’a pas fait pour gagner des médailles ou des trophées. Elle l’a fait pour se sentir vivante, pour le simple plaisir de le faire. Elle n’a pas quitté son travail. Elle n’a pas changé de ville. Elle a juste fait quelque chose qui l’a fait vibrer, quelque chose qu’elle aime faire.

Ce qui m’amène naturellement à parler du 2em point.

2. Tu n’es pas obligé de quitter ton travail pour mener une vie créative

Est-ce que je dois quitter mon travail pour créer ?

C’est une question que je reçois très souvent. C’est une question que se posent beaucoup de personnes. On peut entendre tous les conseils possibles et imaginables sur internet. Elizabeth Gilbert dit qu’il faut garder le travail qui te permet d’avoir un toit et de pouvoir manger pour créer à côté durant ton temps libre. La raison est simple : si tu n’as pas les moyens pour payer tes factures, manger et avoir un toit au-dessus de ta tête, tu seras stressé et donc tu ne seras pas dans un état idéal pour créer.

La peur bloque la créativité. Elle te pousse à faire des choix qui vont à l’encontre de ce que tu as envie de créer. Tu vas être tenté de créer quelque chose pour plaire ou pour vendre et non pour te faire plaisir et exprimer ces bijoux qui sont en toi.

Personnellement, je pense que c’est plus nuancé que ça. Si tu as un projet de livre, tu peux très bien travailler à fond pendant une période de temps, économiser un peu d’argent pour tes factures et ensuite t’isoler un certain temps de finir ton manuscrit. Ça dépend de la personne. Certains vont être stimulé par ce mode de vie. D’autres vont trouver que c’est stressant. Il n’y a pas une seule réponse qui convient à tout le monde.

Bill Gates a quitté son université pour se lancer dans ses projets, mais il savait très bien qu’il pouvait y retourner quand il voulait. Il savait aussi qu’il y avait papa et maman derrière lui pour le soutenir financièrement si besoin.

Ce qui est sûr, et la pyramide d’Abraham Maslow le confirme, si tes besoins de bases ne sont pas satisfaits comme la nourriture et la sécurité, tu ne seras pas en bonne position pour libérer ta créativité. Quand tu es libéré de toute contrainte financière, tu crées pour le plaisir de créer et c’est là où la magie commence à opérer.

Arnold Schwarzenegger par exemple raconte dans Total Recall qu’il savait très bien qu’il n’allait pas devenir indépendant financièrement grâce au bodybuilding. Il savait aussi que sa carrière dans le cinéma pouvait prendre beaucoup de temps avant d’être lancée. Il s’est lancé dans le bâtiment. C’est en investissant dans l’immobilier qu’il est devenu millionnaire avant de se lancer dans Hollywood. Il pouvait se permettre de refuser des films pour choisir ceux qui lui correspondaient vraiment.

3. La peur

Voici un autre aspect qui bloque beaucoup de personnes, c’est la peur. La peur de se lancer et d’être critiqué. La peur de ne pas avoir assez de talent. La peur de publier son travail et d’être ignoré. La peur de montrer son travail et d’être moqué. La peur de regarder un jour en arrière et de se dire que c’était une perte de temps. La peur du regard des autres.

Ce sont des peurs réelles et légitimes et beaucoup de personnes les expérimentent et moi le premier. La peur bloque, freine et paralyse. Elizabeth Gilbert dit que la peur est une chanson qui n’a qu’un seul refrain « stop, stop, stop » comme une disque rayé.

Tu veux te lancer dans l’écriture d’un livre, elle te dit stop. Tu veux créer une chaine YouTube, elle te dit stop. Tu veux te mettre à la peinture, elle te dit stop. On l’a tous cette chanson dans notre tête. Le volume peut varier mais la chanson reste la même. On pense qu’on est les seuls à avoir peur.

Parfois, on se dit que les autres sont plus forts et plus courageux. Mais dis-toi que la peur est la même pour tout le monde. On est tous équipé avec cette même peur. La question qui se pose : est-ce que tu vas laisser cette peur dicter ta vie ? est-ce que tu vas la laisser te contrôler ?

Le but n’est pas d’éliminer la peur parce que ça serait un combat perdu d’avance. Le but est d’apprendre à vivre avec. Tu ressens la peur mais tu passes à l’action quand même. Tu ressens la peur mais tu appuis sur le bouton pour enregistrer ta chanson. Tu ressens de la peur mais tu te mets devant la caméra et tu donnes le meilleur de toi-même. Tu ressens la peur mais tu t’assois pour écrire ton livre.

N’essaye pas d’aller contre la peur. Elizabeth Gilbert conseille de faire la paix avec notre peur. Il faut lui parler, lui dire qu’on la reconnait, on sait qu’elle est là mais qu’on la laissera pas prendre les décisions à notre place. Elle a son rôle à jouer pour nous protéger des dangers mais elle n’a pas son mot à dire dans le processus créatif. J’ai trouvé que c’est une façon élégante de gérer la peur.

4. D’où vient notre créativité ?

La réponse la plus courte c’est que la créativité relève de la magie. Nos idées et inspirations viennent justement d’une source qu’on ne comprend pas, qu’on ne peut pas expliquer, quelque chose de surnaturel et qui transcende notre logique.

Chacun a ses croyances par rapport à ça. Certains scientifiques disent que le processus créatif n’a rien de magique et qu’il peut être expliqué par la neuroscience. Elizabeth Gilbert n’est pas d’accord avec cet avis et je la rejoins là-dessus. Elle pense que sur notre planète, il y a les humains, les animaux, les plantes, les bactéries, mais aussi les idées.

Les idées ne sont pas manifestées comme des formes physiques mais plutôt énergétiques. Les idées sont séparées des humains mais peuvent interagir avec nous. Les idées sont motivées par une seule cause, c’est d’être manifestées dans notre monde physique. Comment elles font ça ? en collaborant avec les humains.

Les idées passent leur existence à chercher des humains qui sont prêts à les transformer en réalité. C’est là où ça devient fascinant. Quand une idée pense qu’elle a trouvé un humain, disons toi, quand une idée t’a choisi, elle va te rendre visite. Elle va essayer d’attirer ton attention. Le challenge c’est que la plupart des humains sont tellement absorbés par les petits tracas du quotidien, par les soucis de la vie de tous les jours, qu’ils ne prêtent pas attention à ces idées.

Les idées continuent à essayer de capter notre attention pendant un certain temps, des semaines, des mois, mais à un moment donné, elles décident d’aller voir quelqu’un d’autre.

Ça ne t’est jamais arrivé d’avoir une idée, tu n’as rien fait pour la transformer en réalité et puis quelques semaines, mois ou mêmes des années plus tard tu vois que quelqu’un d’autre l’a fait. C’est de ce phénomène dont on parle ici.

Quand tu reçois une idée, tu ressens de l’enthousiasme, peut-être de la joie, de l’excitation. Peut-être que tu ressens des papillons dans le ventre. Ça m’est déjà arrivé d’avoir la main qui tremble. Ce sont des signaux qui ne trempent pas. À ce moment-là, tu as deux options :

  • Soit tu dis : NON, ce n’est pas pour moi ou pas maintenant. Tu prends le risque de la voir partir. Parfois, on est juste trop occupé avec une autre idée qui a été choisi avant. Tu ne dis pas « non » mais tu dis plutôt « je ne m’occupe pas de toi tout de suite, si tu veux bien attendre ».

Ou parfois tu n’es pas intéressé et dans ce cas, il ne faut pas hésiter à dire non.

  • Soit, tu dis oui. Dans ce cas, tu signes un pacte avec ton inspiration pour ramener cette idée à la réalité physique telle qu’on la connait et l’expérimente tous les jours.

Il y a un piège ici. Certaines personnes pensent que le processus créatif est un processus de souffrance. Comme Hemingway qui disait que l’écriture pour lui était un long suicide. Malheureusement, il a fini par se suicider.

Elizabeth Gilbert ne dit pas que le processus créatif est forcément facile ou joyeux tous les jours. Mais il doit être fun la plupart du temps. Parfois, on doute, on perd l’inspiration, on ne sait pas par quoi commencer. Mais ce processus doit nous procurer du plaisir. Ça doit être une source de joie intense.

Je te parle de ce point en particulier parce qu’on a tendance à penser à l’écorché vif quand on pense au cliché de l’artiste. On pense à quelqu’un qui est torturé dans son esprit et qui a besoin de sombrer pour trouver l’inspiration. Ça peut être le cas, mais ce n’est pas la seule option.

On n’est pas obligé d’utiliser des substances non plus comme l’alcool, les drogues comme c’état le cas des saxophonistes qui commençaient à prendre de l’héroïne pour imiter leur modèle Charlie Parker. Ce que Elizabeth Gilbert nous dit c’est qu’on n’a pas besoin de ça pour être créatif.

Et le dernier point que j’aimerais partager avec toi c’est la permission.

5. Donne-toi la permission de créer

On a tendance à nous identifier avec notre entourage, la famille dans laquelle on est né, notre culture, les personnes avec qui on a grandi, etc. On se dit que :

« Dans ma famille, il n’y pas d’artistes et il n’y a pas d’intellectuels, donc je ne peux pas me lancer là-dedans ».

« Je n’ai pas la carte du club ».

On croirait que la créativité est comme une boite de nuit très selecte avec un vigil à l’entrée qui te recale parce que la soirée est réservée aux habitués.

Pour créer, tu n’as besoin de la permission de personne. J’ai déjà raconté cette histoire sur cette chaîne. Je la reraconte ici parce qu’elle décrit exactement ce qui se passe dans notre tête. Il y a plusieurs années maintenant, je suis allé à un séminaire à Sydney où j’ai habité pendant plusieurs années. Le speaker avait mis une affiche sur scène où il y avait marqué en grand « you are allowed ». Ce qui peut se traduire par « vous avez la permission ». Et il a répété plusieurs fois ce message pendant sa présentation. Il fallait que je l’entende et qu’on me le répète plusieurs fois pour l’accepter.

C’est vrai, on attend la permission de quelqu’un pour faire ce qu’on aime. On attend un signe de l’extérieur. On attend qu’on nous donne la permission. Si tu attends un signe de l’extérieur pour te lancer, le voici. Considère cette vidéo comme ce signe.

J’ai attendu qu’on me donne la permission pour me lancer. Cette chaine YouTube, j’aurais pu la lancer il y a plusieurs années en arrière. Mais j’ai attendu.

Rappelle-toi, les idées qui viennent te voir, elles le font parce qu’elles pensent que tu es capable de leur donner vie. Tu es capable de les transformer en réalité.

Le jour où j’ai saisi qu’au final, on ne fait pas grand-chose. On doit juste s’écarter du chemin et laisser la vie s’exprimer à travers nous.

Les idées viennent à nous parce qu’on est capable de les réaliser. Notre rôle c’est de ne pas se mettre au travers du chemin, c’est de ne pas trop réfléchir pour trouver toutes les excuses pour ne pas les faire, c’est de ne pas laisser la peur nous envahir.

Le jour où j’ai commencé à vivre en me disant que la force de la vie s’exprime à travers moi tous les jours. Je suis juste un messager, un véhicule, beaucoup de choses ont changé pour moi. Les plus grands artistes, athlètes et entrepreneurs te le diront. Ils n’ont rien fait. Ils ont suivi leur intuition et leur inspiration. Le reste est venu tout seul. Ils sont le canal à travers lequel ces idées se sont manifestées. Je trouve que cette croyance nous enlève une pression énorme et garde aussi notre égo sous contrôle.

Tu ne fais rien mais en même temps, sans toi, ces idées ne sont que ça, des idées.

Je pense que c’est une bonne phrase pour finir cette vidéo.

J’espère que tu as aimé cette vidéo. Si tu veux voir un résumé de livre comme celui-ci, écris le nom du livre dans les commentaires. Si tu veux recevoir d’autres vidéos comme celle-ci abonne-toi à la chaîne.

🔥 Retrouve Big Magic sur Amazon (Anglais) :  https://amzn.to/2XWDxJe (lien affilié)

🔥 Comme par magie (français) : https://amzn.to/37otwrr

N’hésite pas à laisser un commentaire en dessous ou à me poser des questions. Je suis curieux de savoir ce que tu en penses.

Si tu as aimé cet article, abonne-toi pour recevoir les derniers articles et vidéos : 

EBOOK GRATUIT

 

Recevez grauitement votre ebook maintenant et plein d'autres informations.

Je hais les spams : votre adresse email ne sera jamais cédée ni revendue. Vous pouvez vous désabonner à tout instant. 

Bravo! Vous allez recevoir un email pour confirmer votre adresse dans quelques minutes.

Share This